Help us

You can make a donation for which you will receive a certificate enabling you to get a tax rebate We thank you for your donations:


- Make an on-line donation secured via Paypal by clicking on Donate>>
- With Wellfundr > Medical Crowdfunding>>
- Make a monthly donation > Download the authorization for an automatic bank transfer.


- Send a check to 2 bis rue Leroux - 75116 Paris 


The links for DONATING as well as the tax information can be found in the right hand column of this page.


We confirm that 97,2% of your support finances the 
operations and the training of Palestinian doctors.


Thanking you in advance for your support.


Muriel Haïm - President of A HEART FOR PEACE
muriel.haim@uncoeurpourlapaix.org

ROTARY - FEBRUARY 2017

Rotary Annemasse Genevois

February 8th, 2017

ROTARY - February 2017

 

The Annemasse Genevois Rotary

February 8th, 2017

 

On February 6th, at the hotel Mercure de Gaillard, the Annemasse Genevois Rotary had the pleasure of handing over financial gifts to the various organizations present. This financial aid is the result of a karting event which was organised in December 2016, was set-up ten years ago and which is always extremely successful.

 

Thus, every year and thanks to this action, the Annemasse Genevois Rotary brings its support to local and international organisations. This year, the total financial aid amounts to 7 000 euros, obtained thanks to the involvement of its members and external participants.

 

At the local level, the Annemasse Genevois Rotary has chosen to share this amount between the organisation "The Sowers of Joy", hospital clowns working throughout the Haute-Savoie, who have been helped by the Rotary club for several years, as well as the organization "Espace femmes 74 Geneviève D", which helps women who are victims of violence and is particularly involved in prevention by informing the young.

At the international level, two organisations were also selected, "A Heart for Peace" and the organisation "ShelterBox".

"A Heart for Peace", a French organization, finances heart operations in a Jerusalem hospital for Palestinian children suffering from serious malformations. The Annemasse Genevois Rotary has over the past few years financed 10 operations that saved the lives of very young children.   

 

The organization "ShelterBox", which has also been supported for a long time by the Club, takes action in parts of the world hit by land disasters and/or victims of armed conflict by donating complete survival tents, which provide a family with all its vital necessities. The kit consists of a tent, food, and gear for sleeping, heating, repairs and drink, thanks to a water- filtering system.

 

The representatives of the organizations were present, as were local businesses whose partnership makes the success of the karting event possible every year.

 

 

Annemasse Genevois Rotary Club - 8/02/2017

 

 

See More

ROTARY

The ROTARY clubs and the International ROTARY Foundation have been very active in financing the operations on 10 Palestinian children, as well as the training of 3 nurses and a Palestinian genetics counsellor.

ROTARY - NICE 2016

ROTARY - NICE 2016

A

VISITING HADASSAH

A visit from the Annemasse Rotary Club and two members of the Jerusalem Rotary Club.

 

We once again thank all the Rotary Clubs who have financed the operations on 10 children, the upcoming training of a genetics counsellor and a technician.

THE ROTHSCHILD FOUNDATION

The Rothschild Foundation is financing the operations on 8 children suffering from heart disease.

LE GRAND ORIENT from France to Hadassah

 

"Through its Foundation, the Grand Orient de France supports the organisation A HEART FOR PEACE, founded in 2005 in order to help Palestinian children suffering from heart malformations.

 

In 10 years, more than 600 Palestinian children have been able to be operated on for congenital heart disease in Hadassah hospital in Jerusalem.

 

A trip from May 14-18 made it possible to meet

Muriel Haïm, President of the organisation, and Professor Jean-Jacques Rein."

 

Above is a photo of Mr. Daniel Keller, Grand Maître du Grand Orient de France, with Professor Jean-Jacques Rein, on a visit to Hadassah hospital.

His Grace STENGER supports us

A Heart for Peace wishes to thank His Grace STENGER, Bishop of Troyes, the President of Pax Christi France, for his letter of support, which we received on August 21st, 2014. In spite of the war, A Heart for Peace continues its humanitarian work.

“In the midst of all these deadly and violent acts which we have witnessed this summer, it is comforting to know that you continue to serve life. I wanted you to know this and to thank you and to express my profound support.”

 

Pilgrimage – 70 years of Pax Christi

The Christians of the Orient together with Msgr Gollnisch support A HEART FOR PEACE.
A presentation of A HEART FOR PEACE was made during Pax Christi’s pilgrimage to 
celebrate its 70th anniversary.


We were invited to attend by Bishop Stenger whom we thank for his loyal support.

Message from Marie Agnès-Carmel of Pater

"We will be happy to join with you in thought and prayer on this wonderful anniversary, in thanksgiving for the spirit and initiatives of your organisation A Heart for Peace, which we greatly admire.

 

It is a sign of hope, an as yet invisible building of the peace to which we all aspire...

 

For all of us, Carmelites of Jerusalem".

 

Sister Marie Agnès 

 

Paris

The city of Paris is financing the operations on two children.

Strasbourg

The city of Strasbourg is financing the operation on one child. 

Limoges

Mr. Emile Roger Lombertie, the Mayor of Limoges, France Israel Limousin et Rotary International organized a concert on May 24th, 2014, in Limoges cathedral, under the patronage of His Grace François Kalist, Bishop of Limoges, with the Palais sur Vienne and Poly'songs choirs.

MAKE A DONATION TO A HEART OF PEACE

Authorization- automatic bank transfer

Authorization- automatic bank transfer

Authorization for an automatic bank transfer (SEPA)

 

The authorization for an automatic bank transfer makes it possible for you to donate each month a sum of money which you will have declared on the authorization form in the name of the organization  A HEART FOR PEACE.

 

Twice a year, you will receive your tax-deductible donation receipt (Cerfa) for the amounts transferred.

 

We thank you for your commitment, which makes it possible for us to build a programme on a much longer time scale thanks to your regular support.

 

Taxation

A donation to A HEART FOR PEACE gives the right to a tax rebate since it fulfils the conditions stipulated in articles 200 and 238 of the general tax code. Individuals can deduct 66% of their donation within the limits of 20% of their taxable income.

Corporations will benefit from a company tax deduction of 60% of these donations within the limits of the 5% of the corporation's turnover excluding VAT.

If the sponsorship amount exceeds 5%, the excess will be carried forward.

Committed Artists

AN EXCEPTIONAL SOIRÉE, A SUCCESS!

A fantastic soirée!

 

Michel Boujenah, in top form, put on a stunning show, which was both touching and funny.  The enthusiastic audience was totally charmed.

 

Thanks to the generosity of Michel Boujenah, and of Bernard and Zana Murat, the entire proceeds go to A Heart for Peace and will make it possible to operate on 4 children and maybe even 5, as donations are continuing to flow in.

 

A Heart for Peace thanks you for your presence at this event, which will remain a special moment for us all.

 

Your donations and messages of thanks and support are proof that we are on the way to hope for building a better world.

 

 

 

 

 

 

Roschdy

Roschdy Zem

3 Mai 2010

On sait de vous votre engagement pour l’association Un coeur pour la paix, dont vous êtes le parrain. Pourquoi avoir choisi cette association ?

À 44 ans, il est devenu l’une des valeurs sûres du cinéma français Pourtant, ce n’est que sur le tard qu’il s’est pris de passion pour le 7e art. Trois ans après le succès d’Indigènes, il parraine Un coeur pour la paix, créée en 2005 pour sauver des enfants palestiniens. Le discret Roschdy Zem revient sur son parcours et explique son engagement.
© Christophe ÉchardLe cinéma est aujourd’hui une passion pour vous. Cela n’a pas toujours été le cas…

Roschdy Zem : Au début, le théâtre était un passe-temps pour moi. Peut-être qu’il révélait en moi une vraie passion mais qui était ignorée dans la mesure où je n’avais pas espoir d’y faire carrière. Rien ne me laissait prédestiner à une carrière d’acteur : à cette époque, nous, les jeunes issus de l’immigration, vivant dans des cités, n’avions pas de référence, que ce soit à l’écran ou sur scène.
Qu’est-ce qui vous a fait changer de vocation ?

R. Z. : On m’a donné ma chance et j’y ai pris goût. Une vague de réalisateurs a décidé de faire des films avec des gens qui ressemblaient à la jeunesse de l’époque. De là, je me suis retrouvé avec des rôles de plus en plus conséquents. J’ai commencé à prendre ces rôles au sérieux et à travailler davantage. Se retrouver à Cannes avec un film et un rôle important nous change. N’oublies pas que tu vas mourir [prix du jury du Festival de Cannes 1995 et prix Jean Vigo 1995, ndlr] m’a mis le pied à l’étrier.
Vous interprétez des rôles aux registres divers tout en essayant de fuir les rôles clichés du Beur dealeur ou arnaqueur. Vous en propose-t-on encore beaucoup aujourd’hui ?

R. Z. : Je crois que la profession a compris un peu où je voulais en venir et, d’un commun accord, on ne m’en propose plus trop. J’ai aussi l’impression que les choses ont changé. Le cliché de l’Arabe voleur ou victime disparaît peu à peu du paysage cinématographique. On vous choisit surtout pour vos qualités d’acteur et plus trop pour votre physique de Maghrébin. On est presque arrivé à un effet inverse, où cela pourrait paraître stupide de faire des films où existent ces clichés. Or il ne faut pas non plus avoir peur de prendre des rôles moins reluisants. On creuse ces personnages dans les films. On développe des sortes de  circonstances atténuantes, ce qui ne se faisait pas avant. 
Vous êtes l’un des rares acteurs français d’origine maghrébine à avoir percé dans le 7e art en France. Vous considérez-vous comme un modèle de réussite ?R. Z. : Non, vraiment pas. Il faudrait d’abord me définir ce qu’est la réussite. Chaque rôle et chaque film que j’obtiens sont le fruit d’un combat quotidien auquel j’aime m’atteler. Reposez-moi la question dans trente ans mais, aujourd’hui, je suis encore en train d’apprendre le métier. Je dois encore faire mes preuves tous les jours et c’est mieux ainsi.
On sait de vous votre engagement pour l’association Un coeur pour la paix, dont vous êtes le parrain. Pourquoi avoir choisi cette association ?

R. Z. : J’en suis devenu le parrain cette année 2009. C’est la première fois que je m’engage de cette façon. Je suis régulièrement sollicité par des associations pour les représenter. Celle-ci a la particularité d’obtenir des résultats concrets. Elle a sauvé plus de 260 enfants, condamnés à mourir. En plus, elle couvre la formation de médecins palestiniens qui pourront, à leur tour, aider leurs compatriotes. Dans une association, il y a souvent de l’utopie, des désirs et des rêves. Avec Un coeur pour la paix, on a des résultats concrets, des vies sauvées. C’est ce qui m’a principalement décidé à leur venir en aide.
Et quelle est votre position vis-à-vis du conflit israélo-palestinien ?

R. Z. : Celui d’un citoyen français qui a des idées de paix que beaucoup partagent. Je regarde ce qui s’y passe avec, parfois, de la consternation mais aussi de l’espoir… C’est pour cela que je m’intéresse à cette association. Je me suis rendu dans la région pour le filmVa, vis, deviens [plusieurs fois primé en 2005, ndlr] et on s’aperçoit de la complexité du conflit. Honnêtement, je pense que la paix n’est pas pour demain. Surtout quand on apprend que Netanyahou [Premier ministre israélien, ndlr] décide de développer de nouvelles colonies. D’un autre côté, des gens s’impliquent et font des choses bien plus que symboliques. Le travail d’Un coeur pour la paix, où médecins israéliens et palestiniens travaillent en binôme, vaut tous les processus de paix. Avec patience et intelligence, on peut inverser la tendance.
Qu’avez-vous tiré de votre expérience au Proche-Orient ?

R. Z. : Que la paix n’est pas pour demain. On sent aussi que les deux peuples sont pris en otage par leurs dirigeants respectifs. Une chose m’a rassuré : je n’ai pas senti de haine des deux côtés. On sent bien que, de la part des Palestiniens, il n’y a pas de forme d’antisémitisme. J’ai senti un couple qui voulait divorcer : pas qu’il veut faire la paix, mais divorcer, par l’existence de deux États, pour, peut être un jour, faire la paix. La France et l’Allemagne sont bien passées par là. Mais on ne le leur permet pas. Si Israël et Palestine pouvaient divorcer, il n’y aurait pas ce mur [en Cisjordanie, ndlr] ni des colonies qui se développent.
Votre engagement associatif est-il pour vous une forme d’engagement sur un terrain politiquement neutre ?

R. Z. : Neutre, là n’est pas le propos. Je m’engage surtout sur un terrain social. Je suis rassuré de voir que ces gens travaillent ensemble et font des choses formidables. C’est avec des petites associations comme Un coeur pour la paix que peut naître un processus de paix, intellectuelle en tout cas. Avant que le processus politique puisse être mis en place, il en faudrait d’abord un qui soit intellectuel aussi bien au Proche-Orient qu’en Europe. 
Comptez-vous faire un séjour là-bas dans le cadre de l’association ?R. Z. : Il n’y a pas de date fixée mais c’est dans mes projets. Je voudrais pouvoir interpeller les gens sur les besoins de l’association parce que chaque opération coûte 12 000 €. L’association a besoin de fonds. Me rendre là-bas est important pour constater et interpeller les citoyens français, car ce sont eux qui me connaissent le mieux. Mais l’argent est le bienvenu de partout. J’interpellerais volontiers les citoyens d’autres pays, y compris israéliens. C’est un travail que j’ai envie de faire.
Quels sont vos projets à venir en tant que comédien et réalisateur ?

R. Z. : J’ai joué dans Hors-la-loi, de Rachid Bouchareb, qui sera projeté pendant le Festival de Cannes du 12 au 23 mai et sortira le 22 septembre prochain. Avant  celui-ci, j’avais joué dans le premier film réalisé par Pascal Elbé, Tête de Turc, qui vient de sortir dans les salles. Durant cette année 2010, je prépare mon prochain film en tant que réalisateur, qui traitera de l’affaire Omar Raddad [jardinier marocain condamné en 1994 pour le meurtre d’une de ses riches clientes en 1991, ndlr] et qui s’intitule Omar m’a tuer.
Bio ExpressNé le 27 septembre 1965, à Gennevilliers, de parents marocains, Roschdy Zem passe son enfance à Drancy, en Seine-Saint-Denis, entouré de trois frères et d’une soeur. Il quitte l’école à 16 ans et devient vendeur de jeans sur les marchés. Intéressé par le théâtre, il prend des cours en parallèle de sa vie professionnelle. 
Les rôles s’enchaînent dès 1995 ; les succès aussi, avec des films comme Ma petite entreprise, en 1999. 2006 est l’année de sa consécration. Couronné d’un prix d’interprétation masculine à Cannes pour son rôle dans Indigènes, de Rachid Bouchareb, il réalise la même année son premier film Mauvaise foi, où il campe le rôle d’un musulman marié à une juive. 
Avec Jamel Debbouze et Sami Bouajila, il sera prochainement à l’affiche de Hors-la-loi, qui retrace le parcours de trois frères algériens ayant survécu aux massacres de Sétif en 1945 et qui luttent activement pour l’indépendance de leur pays. Une suite d’Indigènes très attendue. Roschdy Zem est aussi le parrain  d’Un coeur pour la paix, une association qui permet à des enfants palestiniens souffrant de malformations cardiaques d’être opérés gratuitement à l’hôpital israélien Hadassah, à Jérusalem.

Propos recueillis par Hanan Ben Rhouma le Lundi 3 Mai 2010

See More

Captain SPRUTZ

All our thanks to all the members of KIWANIS and its President, Henri Schweitzer, who worked together and organized this wonderful soirée.

 

400 people were present in the Haguenau theatre, where Captain Sprutz dazzled everyone.

 

A gift of € 6000 made it possible to save a 14-year-old girl.

Read her story in Osons Magazine:

www.osons.magazine.com

 

 

The Civic Journal at the gala dinner

The Civil Journal at the gala dinner of  "A HEART FOR PEACE"

 

The Civic Journal was represented at the gala dinner of the organization "A HEART FOR PEACE", which makes it possible for Israeli doctors to care for Palestinian children in great difficulties.

 

Overstepping political, legal and historical boundaries: for the Middle East, for Israelis and Palestinians, this is a major and daily challenge. This organization "A HEART FOR PEACE" is particularly exemplary.

 

It establishes a gateway, first for the good of Palestinian children - and sometimes for their survival. An organization to promote and help. 

 

The ORT Secondary School in Strasbourg

On Monday, May 19th, 2014, the ORT Secondary School in Strasbourg organized a 5-10 km race in the name of solidarity and humanity which gathered together 100 runners from several ORT centres in France ( Paris, Toulouse, Marseille, Lyon, Strasbourg). This race, which took place in the Pourtalès forest, was supervised by Fernand Kolbeck, who as twice selected to run the marathon in the Olympic Games in Munich and Montreal and is always ready to participate in noble causes, together with Bernard Roth, a marathoner and triathlete, who takes part in many community and solidarity initiatives.  A cheque was handed over at the end of the sports day.

Deputies who support us

D.Hoffman-Rispal
Maud Olivier
Michel Issindou